• 6 jours en Corse-du-Sud •

Le confinement est terminé, le feu vert pour les vacances a été donné : direction la Corse pour 15 jours ! Pour les plus pressés, nous avons résumé notre voyage dans un autre article, il suffit de cliquer ici !
Notre bateau arrivant à Propriano, c’est donc tout naturellement que nous avons commencé notre séjour par la Corse-du-Sud, pour ensuite nous diriger vers le Nord (article à venir).

À savoir qu’au vu du contexte particulier de notre séjour en Corse, notre récit ne tient pas compte du flux habituel de touristes qui peut parfois rendre certains spots moins appréciables !

Jour 1

Après une bonne nuit passée sur le bateau, nous nous réveillons avec une jolie vue sur le port de Propriano et les maisons multicolores qu’il abrite.
Une fois débarquées, nous faisons un petit tour à pied dans la ville. La place de l’église est jolie, mais sinon, c’est surtout un port.
Nous nous rendons donc à la prochaine ville, Sartène, notre premier petit coup de cœur pour une ville corse. Les petites rues en pierres de la vieille ville ne manquent pas de charme. Une place animée et ensoleillée attire notre attention : la place Porta, c’est l’endroit parfait pour prendre notre petit-déjeuner.

À 30 minutes en voiture, nous arrivons sur notre première plage du séjour: la plage de Campomoro. Pour accéder à celle-ci, garez-vous au parking en pente sur la droite (en bas, c’est un cul de sac et les places de parking sont réservées aux habitants).
C’est peut-être parce que c’est la première, mais nous trouvons cette plage top: elle est grande, déserte, l’eau est claire et la vue superbe. Ce premier spot restera finalement dans notre cœur même après 15 jours de tour de Corse, à sillonner les plages. D’ailleurs, retrouvez notre article concernant les plus belles plages de l’Île de beauté selon nous ici.

Juste au bout de la plage se trouve la tour génoise de Campomoro. La marche pour y accéder est facile et rapide: au sommet en seulement 15 minutes, un beau panorama sur la baie s’offre à nous (en haute saison, l’accès coute 2,50€ pour les +12 ans).

Il fait un soleil de plomb, il faut nous baigner de toute urgence ! Ça tombe bien, il y a un bout de plage en bas de la tour, davantage rocailleuse, où les poissons adorent nager. C’est donc parti pour une partie de snorkelling !

Une heure de route plus tard, nous arrivons à la plage de Roccapina.
L’accès est difficile : une fois que l’on quitte la route principale, le chemin en terre est accidenté avec des trous et des bosses. Certains préfèrent ne pas s’y risquer et marchent les 3 kilomètres qui les séparent du petit parking à côté de l’Auberge Coralli. Confiantes dans notre 207, nous entamons la descende de l’enfer ! Nous sommes finalement contraintes de garer la voiture à quelques centaines de mètres de la plage pour finir à pied ; pas dramatique, donc. Nous découvrons, sans surprise, que des 4×4 à l’arrivée !
Le cadre est très sauvage et le sable est particulièrement blanc. Malheureusement, comme souvent, le vent se lève et ne nous permet pas de profiter à fond des atouts de cette plage sauvage.

Nous avons ensuite rejoint notre Airbnb à Sotta, situé à 30 minutes en voiture de Bonifacio et à 13 minutes de Porto-Vecchio ; c’est la location idéale compte tenu de notre programme.

Jour 2

À 15 minutes de Bonifacio, direction la plage du Petit Spérone. Nous nous sommes garées sur le parking de la plage de Piantarella, avons rejoint à pied un petit chemin en son bout menant en seulement 10-15 minutes à cette petite plage super mignonne avec une belle vue, et une eau cristalline : un vrai coin de paradis !

Cela nous a donné envie de découvrir sa grande sœur. Nous prenons donc le petit chemin partant de la plage du petit Spérone, qui à travers un terrain de golf, conduit à la plage du Grand Spérone. Son nom parle de lui-même : elle est effectivement plus grande et donc plus classique, mais elle est tout de même très jolie!

Les vacances, c’est farniente, certes, mais nous ne pouvons pas passer à côté d’un des célèbres attraits de l’Île de beauté : la randonnée.
Nous voici donc parties pour notre première randonnée du séjour (notre Top 5 randonnées en Corse à lire ici): la boucle du Capo Pertusato. En 1h30-2h, cette boucle est plutôt facile. Garez-vous sur le parking du Sémaphore de Pertusato et commencez la marche vers ce qui constitue le point le plus au sud de l’île. Nous n’avons pas trop eu de chance, car un orage a décidé de nous accompagner durant cette marche… Nous avons donc dû presser le pas! Après avoir traversé le maquis, nous longeons les falaises et apercevons les Îles Lavezzi et la Sardaigne… Nous passons devant le phare de Pertusato, en travaux lors de notre passage. Vers la fin de la rando, il y a une super vue sur Bonifacio et ses maisons colorées! Il est possible de faire des pauses baignade car deux plages de sable blanc sont accessibles depuis le chemin de randonnée: la plage de Cala Sciumara et la plage de Saint-Antoine (mention spéciale pour celle ci, les grottes qu’elle abrite la rendent atypique).

Les jambes bien dégourdies, nous profitons de repasser par Bonifacio y faire un arrêt.
Comme beaucoup de villes ici, il y a une partie dite haute, plus historique et souvent fortifiée et une partie dite basse, plus récente.
En tant que touristes c’est donc la partie haute qui nous intéresse. Malheureusement, vu le contexte, rien n’est ouvert, c’est désert et la pluie s’en mêle. Nous n’avons donc pas pu apprécier Bonifacio à sa juste valeur.
Nous retournons ensuite à notre logement à Sotta.

Jour 3

Aujourd’hui, nous partons à la découverte de la partie sud du Parc Naturel Régional de Corse au travers de deux randonnées.

.

.

.

.

.

La première est celle des cascades de Purcaraccia. La route pour accéder à cette randonnée est sinueuse, comme beaucoup de routes en Corse! D’une durée d’1h30, il faut être en bonne forme physique et avoir une bonne vue: il faut souvent escalader, le sentier n’est pas du tout balisé… Du coup, même avec la carte de Visorando, nous ne sommes pas arrivées à aller jusqu’aux cascades. Mais nous avons quand même vu de jolis spots en se perdant, notamment une rivière avec un petit bassin et des petites cascades.

Il y a également une très belle vue sur les aiguilles de Bavella.

En parlant de ces dernières, nous enchaînons avec une rando plutôt facile mais plus longue, le Trou de la bombe (2h30), partant du col de Bavella. Du haut de ses 1217 mètres d’altitude, ce dernier nous offre un superbe point de vue pour admirer les aiguilles sans même fournir le moindre effort !
Nous entamons donc notre marche. Le sentier très bien balisé s’enfonce petit à petit dans la forêt. L’ombre et la fraîcheur de celle-ci doit être très agréable quand il fait chaud ; dommage, pour nous, ce n’est pas le cas ! Nous arrivons finalement au but : ce trou de huit mètres de diamètre formé à même la roche, non pas par une bombe, mais par l’érosion. Il est possible d’escalader pour voir ce qu’il y a au-delà du trou, mais vu les rafales de vent, nous nous contentons de l’observer depuis la terre ferme.

En revenant, nous faisons un rapide tour à Zonza, puis rentrons à Sotta.

Jour 4

Après une journée de randonnées, rien de tel qu’une journée plage !
Nous avons posé notre serviette sur quatre plages en suivant la route (T10) de Porto-Vecchio à Bonifacio, tout en faisant une petite escale dans la première :
⁃ Plage de Tamaricciu, grande étendue de sable blanc bordée par des paillotes, sympa pour manger ou boire un verre entre deux baignades.
⁃ Plage de Palombaggia qui n’est en fait que la continuité de la première, il suffit de marcher 10 minutes pour passer de l’une à l’autre sans même s’en rendre compte. L’avantage de ces grandes plages, c’est qu’il y a de la place pour tout le monde !

Il est temps de faire un petit tour en ville. Porto-Vecchio, comme Bonifacio il y a 2 jours, n’a pas encore repris vie suite au déconfinement. C’est donc un peu déçues de ne pas avoir pu en profiter pleinement que nous repartons.

⁃ Plage de Santa Giulia : malheureusement le vent s’est levé donc pas facile d’être tranquille sur sa serviette ! À la place, nous nous installons sur le ponton et profitons de l’eau paradisiaque !

⁃ Plage de Rondinara : la route qui descend en lacet nous permet de profiter d’une jolie vue sur la baie. Sur place, belle étendue de sable blanc, eau transparente, parasol et surtout, elle est à l’abri des rafales de vent qui nous ont soufflé dans les oreilles tout l’après midi ! Ambiance paisible en ce début de soirée.

Pour conclure cette belle journée, rien de tel qu’un bon petit restaurant. C’est pour notre plus grand bonheur que nous avons mangé une bonne viande rouge sur la très agréable terrasse de l’Alivi.

À savoir que nous voulions visiter les magnifiques Îles Lavezzi dont les départs en bateau se font principalement depuis Bonifacio. Malheureusement, la météo et autres circonstances ne nous l’ont pas permis… mais c’est à faire ABSOLUMENT !

Jour 5

Il est temps de prendre la route pour partir vers de nouveaux horizons. Notre prochaine étape est à 3h20 de route vers le Nord, mais étonnamment, nous serons toujours en Corse du Sud !
Pour ne pas faire la route d’un trait, nous faisons un arrêt à la plage de Mare E Sole, souvent citée comme l’une des plus belles plages de l’île. Malheureusement nous ne sommes pas tout à fait d’accord, la plage et ses environs manquent d’entretien… Nous avons eu la visite surprise de vaches, venues se prélasser au soleil à côté de nous. Une vache qui bronze allongée sur le sable, plutôt insolite !
Nous voici de retour sur la route pour rejoindre Cargèse. C’est un village vraiment mignon, très fleuri. N’hésitez pas à vous perdre dans les petites rues sur le chemin du port, il y a des terrasses vraiment sympa pour prendre un bon cocktail (ce que nous avons testé, bien sûr!)

Toutefois, nous vous conseillons de choisir un autre hôtel que l’hôtel Cyrnos pour séjourner à Cargèse.

Jour 6

Cela fait deux jours que nous nous prélassons sur les plages corses, il est l’heure de se remettre en selle ! Nous n’avons pas choisi n’importe quelle randonnée : Le Capo Rosso.
Cette belle randonnée de 4 heures est en principe un aller-retour, mais il est possible de faire une boucle grâce à l’alternative qu’offre le sentier du littoral (+30 minutes de marche). Il y a tellement de beaux paysages à découvrir qu’il serait dommage de passer deux fois au même endroit !

Après avoir longé la mer, nous attaquons, sous un soleil de plomb, l’ascension du chemin rocailleux qui mène jusqu’à la tour Génoise de Turghiu. Une fois en haut, il est possible d’entrer à l’intérieur de la celle-ci et même aller à son sommet pour une vue à 360° sur les calanques de Piana et le golfe de Porto. Nos efforts sont largement récompensés !

C’est non sans peine (et sans râler) que nous regagnons la voiture via le sentier intérieur.
Après 4h30 de randonnée, nous avons clairement besoin d’une plage, et vite ! Après 16 minutes de voiture, nous rejoignons donc la plage de Ficaghjola. Attention, la dernière portion de route est sinueuse et étroite, l’accident est vite arrivé.
Une fois garé, il faut encore marcher 10 minutes pour trouver cette mignonne petite plage, nichée au creux de la roche et peu occupée. Idéale pour cette fin de journée riche en effort physique !

Pour notre dernière nuit en Corse du Sud à Cargèse, nous mangeons une bonne viande rouge (oui, encore!) au Saint Jean, qui est d’ailleurs aussi un hôtel (dommage, ce n’est pas le nôtre !)

Nous vous conseillons de découvrir les calanques de Piana grâce aux différentes sorties en bateau que les compagnies proposent. Une fois de plus, la météo n’aura malheureusement pas été de notre côté.

Il est temps de rejoindre la Haute-Corse pour 9 jours (article à venir). Attention, la Corse-du-Sud a déjà placé la barre très haute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En cochant cette case, j’accepte la Politique de confidentialité de ce site.